القائمة الرئيسية

الصفحات

مسلسل الفأر Mouse 



الحلقة  12و 13 الاربعاء و الخميس القادم 















 Le tégument de l’insecte et le phénomène de la mue 

Le tégument en zoologie

En zoologie, on l'emploie pour différentes structures. Synonyme de cuticule il désigne le squelette externe des arthropodes (insectes, arachnides, crustacés ...) et la protection externe des nématodes (des animaux en forme de vers, souvent parasites). Plus généralement, le tégument, ou système tégumentaire, est l'ensemble des structures externes qui protègent l'animal du milieu extérieur. Ainsi les poils des  mammifères, les plumes des oiseaux ou les écailles des poissons et des reptiles font partie du système  tégumentaire

Structure de la cuticule

La cuticule des insectes est une sécrétion de l’exosquelette qui recouvre tout le corps de l’animal mais qui devient interne au niveau intestinal (stomodeum et proctodeum) et respiratoire. Elle est constituée de deux parties : une couche (endo et exo) cuticulaire profonde (10 μm) une couche épicuticulaire superficielle    (1 μm) Ces couches sont percées de canalicules qui débouchent sur l’extérieur par des pores





 Chez les insectes, elle est en général formée de trois couches                                                                                                       1 – 2 – 1 - L’épicuticule :      est la couche la plus fine de la cuticule (inférieure à 4 μm). Elle est également la plus externe et est imperméable à l'eau. On y trouve la couche de cire, caractéristique des arthropodes terrestres (insectes et arachnides). Elle imperméabilise la cuticule, pour qu’il n’y ait pas de perte d’eau                                                       1 – 2 – 2 - L’exocuticule : est la couche intermédiaire de la cuticule. Elle est composée essentiellement de protéines durcies, les tannées, qui sont responsables de la rigidité de la cuticule et minoritairement de chitine. La mélanine également présente donne la coloration brunâtre-noirâtre de nombreux arthropodes                                                                                                                                                                                                                                              1 – 2 – 3 - L’endocuticule : est une couche fine et flexible, constituée d'un mélange de protéines (dont l'arthropodine) et de chitine, appelé mucopolysaccaride

Mue et déroulement de la mue

 l  – 3 – 1 - La mue chez les insectes       Les insectes, faisant partis du groupe des Arthropodes, sont        constitués d’un squelette externe (exosquelette ou cuticule) rigide et inextensible, ce qui les oblige à grandir par étapes successives par la perte de l’ancien devenu trop petit. La Mue est donc le processus de production d’une nouvelle cuticule et de la perte de l’ancienne qui va permettre à l’insecte de grandir en taille, d’acquérir de nouveau organe ou de changer de morphologie (la métamorphose). Chez les insectes réalisant une métamorphose, celle-ci intervient lors de la  dernière mue, ce qui correspond au passage du dernier stade larvaire à l’état adulte                                                                                                                                                                                                                                       1 – 3 – 2 - Déroulement de la mue        La cuticule, d’une épaisseur de 0,06mm chez les insectes, es composée de 3 couches de chitine, l’épicuticule, l’exocuticule et l’endocuticule, qui reposent sur les cellules de l’épiderme. L’épiderme et la cuticule forment le tégument. La chitine est sécrétée par des cellules épidermiques. Le processus de la mue se décompose en plusieurs étapes :                                                                                                                             1 - Activation, division et multiplication des cellules de l’épiderme par mitose                                                                 2 - Séparation des cellules de l’épiderme de l’endocuticule, formation d’un espace sous-cuticulaire (apolyse)               3 - Sécrétion d’un fluide (gel) dans l’espace sous-cuticulaire, constitué d’enzymes digestives, qui   favorise la sécrétion de la nouvelle cuticule par les cellules épidermiques et qui digère l’ancienne endocuticule, libérant ainsi la place pour la nouvelle cuticule                                                                                                                                                 4 - Absorption des produits de la digestion par les cellules épidermiques (recyclage des composants de la cuticule), la nouvelle cuticule n’est pas encore différenciée, elle est appelée procuticule (exo- et endocuticule)                                                                                                                                                                                                               5 - Formation de lignes en forme de Y sur l’ancienne cuticule au niveau de la tête et du thorax correspondant à la zone de sortie de l’insecte, zones de moindre résistance et de rupture (lignes ecdyiales)                                                                                                                                                                                                                                                 6 - Augmentation de la pression interne du corps de l’insecte par l’absorption d’air ou/et d’eau et par  le pompage de l’hémolymphe (liquide circulatoire chez les invertébrés dont le rôle est similaire à celui du sang chez les vertébrés), ce qui permet l’ouverture de la cuticule                                                                                                                  7 - Libération de l’insecte de son ancienne cuticule par des mouvements musculaires spécifiques et stéréotypés, l’ancienne cuticule est appelée exuvie                                                                                                                                      8 - Sclérotisation de la nouvelle cuticule : l’insecte maintient sa pression interne élevée pour permettre à la nouvelle épicuticule de prendre sa nouvelle taille, sécrétion de l’exo et de l’endocuticule et durcissement de l’ensemble de la nouvelle cuticule (mise en place de liaisons chitine/protéines qui aboutie au tannage des protéines), puis mise en place de l’endocuticule. Entre chaque mue, l’accroissement de taille est d’un facteur 1,25 et la masse double. L’espace temporel entre chaque mue, la durée d’accomplissement de la mue et le nombre de mues sont fortement variables entre les espèces et dépendent également des conditions alimentaires et climatiques. Une abondance de nourriture et des conditions environnementales favorables (température par exemple) peuvent accélérer le développement de l’insecte. La période de mue (exuviation) est critique pour les insectes, immobilisé et avec un tégument mou, il ne peut faire face à la prédation. Durant cette période, de plusieurs minutes à plusieurs heures, les insectes adoptent un comportement craintif et recherchent un lieu sûr pour se cacher.                       r


Comments